Conférence publique "Se déplacer aujourd'hui et demain dans les métropoles"

mercredi 26 avril 2017

Se déplacer aujourd'hui et demain dans les métropoles

18h - Gand auditorium de la Médiathèque José Cabanis

Conférence de Jean-Pierre Orfeuil*

 

Ce qui fait  métropole, ce n’est pas seulement  une population importante, c’est aussi de plus en plus une capacité d’échange  à toutes les échelles et  par tous les moyens, du virtuel au face à face, qui implique des déplacements. C’est aussi une capacité d’adaptation, dans le domaine de l’emploi ou des localisations résidentielles, mais également dans le domaine de la mobilité : la plupart des nouvelles solutions de mobilité sont conçues pour surmonter des problèmes de mobilité urbaine.
La mobilité, au sens de l’ouverture à l’échange,  n’est pas qu’une question de transport : des systèmes de transport efficaces peuvent être utilisés pour se mettre à distance des autres,  ou pour éviter des changements. En outre, chacun  perçoit la mobilité,  à des degrés divers, avec deux faces, comme une liberté et comme une obligation.

La première partie de la conférence illustrera concrètement ces paradoxes, de manière à ne pas confondre qualité des systèmes de transport et qualité de la mobilité. La seconde partie sera elle consacrée à une présentation des nouvelles solutions de mobilité et de leur avenir possible. Nous sortons du monde d’hier, où seules deux solutions bien tranchées, la voiture individuelle et les transports en commun, pouvaient faire valoir leurs avantages, et entrons dans un monde où les propositions de  solutions se sont démultipliées : véhicules individuels plus légers que la voiture, voitures électriques, partage de véhicules et de trajets,  nouvelles formes de transport à la demande, véhicules autonomes, etc.  L’exposé portera sur leurs apports à la qualité des systèmes de  transport, aux capacités de  mobilité, à la qualité de la ville et de son environnement et à la construction métropolitaine.  

*Jean-Pierre Orfeuil est Professeur émérite à l'Ecole d'Urbanisme de Paris. Il étudie les pratiques de mobilité et leurs conséquences. De fait, il s’agit d’un fin observateur, parmi les plus connus dans le monde de la recherche française en transports. Parmi les plus redoutés parfois, car l’homme tend à se fier aux résultats de ses analyses plutôt qu’aux modes et discours convenus. Il a récement publié "Vive la route, vive la république" avec Mathieu Flonneau (L’Aube, 2016), "Accès et mobilité, les nouvelles inégalités" avec Fabrice Ripoll (Infolio, 2015) ou encore "Grand Paris, sortir des illusions, approfondir les ambitions" avec Marc Wiel (Scrineo, 2012).