Conférences

Le Codev participe à l'animation du débat public sur la métropole

Les grandes gares multimodales en France et leurs quartiers

Mardi 17 octobre 2017 - Grand auditorium de la médiathèque José Cabanis

avec Roelof VERHAGE

Le Projet Toulouse EuroSudOuest (TESO), en cours de réalisation sur le site de la gare Matabiau, articule une série de problématiques de la Métropole Toulousaine : augmentation du trafic TER de la région Occitanie, révision du Plan de déplacement Urbain 2020-2030 et projet de troisième ligne de métro, questions autour de l'arrivée de la grande vitesse à Toulouse, ou encore annonces concernant la Tour Occitanie ....

Le Codev a donc décidé d'inviter Roelof Verhage* pour essayer de prendre du recul sur ces questions et de voir avec lui quelle est la situation des autres Métropoles françaises (et d'Europe). Quelles sont les stratégies urbaines que le renouvellement des grandes gares multimodales en France impose aux villes et à quelles échelles ? Quelles en sont les conséquences sur les mobilités urbaines et sur l'organisation de l'espace urbain ? Quel est le rôle des nouvelles gares TGV et quel est leur poids sur les choix économiques des collectivités locales ? Comment les gares (et d'autres pôles d'échanges) se transforment-elles en de nouveaux objets urbains ?

* Roelof Verhage est Maître de conférences en urbanisme et aménagement de l'espace et directeur de l'Institut d'Urbanisme de Lyon - l'Université Lumière Lyon-2. Ses thèmes de recherche concernent le montage de projets urbains, l'articulation entre acteurs publics, privés et civils dans le développement et la régénération urbaine, avec une attention particulière pour les questions liés aux politiques foncières. Il a notamment été co-responsable, avec Philippe Menerault, de l'axe "Les gares, les pôles multimodales et leurs quartiers" dans le cadre de la Plateforme d'Observation des Projets et Stratégies urbaines.

 

 

Se déplacer aujourd'hui et demain dans les métropoles

26 avril 2017 - Grand auditorium de la Médiathèque José Cabanis

avec  Jean-Pierre ORFEUIL

Ce qui fait  métropole, ce n'est pas seulement  une population importante, c'est aussi de plus en plus une capacité d'échange  à toutes les échelles et  par tous les moyens, du virtuel au face à face, qui implique des déplacements. C'est aussi une capacité d'adaptation, dans le domaine de l'emploi ou des localisations résidentielles, mais également dans le domaine de la mobilité : la plupart des nouvelles solutions de mobilité sont conçues pour surmonter des problèmes de mobilité urbaine.
La mobilité, au sens de l'ouverture à l'échange,  n'est pas qu'une question de transport : des systèmes de transport efficaces peuvent être utilisés pour se mettre à distance des autres,  ou pour éviter des changements. En outre, chacun  perçoit la mobilité,  à des degrés divers, avec deux faces, comme une liberté et comme une obligation.

La première partie de la conférence illustrera concrètement ces paradoxes, de manière à ne pas confondre qualité des systèmes de transport et qualité de la mobilité. La seconde partie sera elle consacrée à une présentation des nouvelles solutions de mobilité et de leur avenir possible. Nous sortons du monde d'hier, où seules deux solutions bien tranchées, la voiture individuelle et les transports en commun, pouvaient faire valoir leurs avantages, et entrons dans un monde où les propositions de  solutions se sont démultipliées : véhicules individuels plus légers que la voiture, voitures électriques, partage de véhicules et de trajets,  nouvelles formes de transport à la demande, véhicules autonomes, etc.  L'exposé portera sur leurs apports à la qualité des systèmes de  transport, aux capacités de  mobilité, à la qualité de la ville et de son environnement et à la construction métropolitaine.

 

 

*Jean-Pierre Orfeuil est Professeur émérite à l'Ecole d'Urbanisme de Paris. Il étudie les pratiques de mobilité et leurs conséquences. De fait, il s'agit d'un fin observateur, parmi les plus connus dans le monde de la recherche française en transports. Parmi les plus redoutés parfois, car l'homme tend à se fier aux résultats de ses analyses plutôt qu'aux modes et discours convenus. Il a récement publié "Vive la route, vive la république" avec Mathieu Flonneau (L'Aube, 2016), "Accès et mobilité, les nouvelles inégalités" avec Fabrice Ripoll (Infolio, 2015) ou encore "Grand Paris, sortir des illusions, approfondir les ambitions" avec Marc Wiel (Scrineo, 2012).

 

Tous rentiers ! Rentes de situations, stagnation économique et nécessaire revalorisation du travail

Mercredi 14 septembre 2016 / Grand auditorium de la Médiathèque José Cabanis

avec Philippe ASKENAZY


Tous rentiers, vraiment ? Disons que la distribution des revenus est organisée par un système de rentes, qui sont autant d'avantages durablement accaparés par les acteurs économiques via des mécanismes économiques, politiques ou légaux qu'ils peuvent éventuellement influencer. En prenant comme point de départ les déterminants du partage primaire des revenus, l'auteur de Tous Rentiers ! Pour une autre répartition des richesses (Odile Jacob, 2016) montre que nos économies sont dominées par une course à la rente. Les inégalités ne sont pas naturelles. En revanche les armes deviennent de plus en plus déséquilibrées. Au delà des inégalités, la domination de ce qu'il qualifie de propriétarisme et le mépris pesant sur de vastes pans du monde du travail condamnent les économies capitalistes de marché à la stagnation. Comment sortir de cette impasse ?

 

 

*Né à Toulouse, Philippe Askenazy est directeur de recherche au CNRS à l'Ecole d'économie de Paris. Ses recherches portent sur les politiques de l'emploi, les transformations du travail et les déterminants de la croissance. Il enseigne actuellement à l'Ecole Normale Supérieure. Il est membre du collectif des économistes attérés.

_________________________________

 

Toulouse, Montpellier : deux métropoles pour une grande région 

Jeudi 26 novembre 2015 / Grand auditorium de la Médiathèque José Cabanis

avec Philippe ESTEBE


Comment analyser le ''mariage'' annoncé entre les régions Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon ? Quelles sont les caractéristiques, les atouts, les faiblesses de ce nouvel ensemble territorial ? Quels sont ou pourraient être les rapports entre les deux métropoles, Toulouse et Montpellier: concurrence, alliance, coopération, "vassalisation" ou indifférence...? Comment pourrait fonctionner ce binôme dans une configuration régionale inédite ?

 

Philippe Estèbe est géographe, professeur à l'IEP Paris et directeur de l'IHEDATE (Institut des hautes études de développement et d'aménagement des territoires en Europe). Il vient de publier "L'égalité des territoires : une passion française".

____________________________________________________

 

Diversité religieuse et idéal républicain

Comment la France peut-elle rester laïque ?

Médiathèque José Cabanis - mardi 2 juin 2015

 avec Jean-Pierre ALBERT

 

Jean-Pierre Albert  directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales, site de Toulouse (LISST, UTM, EHESS, CNRS). Après une formation en philosophie, il s'est consacré à l'anthropologie historique et est devenu spécialiste du catholicisme. Il a publié Odeurs de sainteté. La mythologie chrétienne des aromates, Paris, éditions de l'EHESS, 1990 (réed. 1996 et 2004) et Le sang et le Ciel. Les saintes mystiques dans le monde chrétien, Paris, Aubier, 1997. Il s'intéresse actuellement à des questions générales de sciences sociales du religieux et s'attache à développe des approches interdisciplinaires sur ces questions.

 

En France, les questions liées à la diversité religieuse font l'objet d'appréciations et de décisions politiques particulières, qu'il s'agisse de ce qu'on appelle la "question des sectes" ou des lois sur les signes religieux, n'est-on pas en présence d'une difficulté à intégrer à la vie publique la diversité religieuse ?

L'actualité tragique du début de l'année 2015 en France, en Afrique ou au Moyen Orient en témoigne : les prophéties sociologiques du XIXe siècle ne se sont pas accomplies. Au lieu de la mort annoncée des religions dans la modernité, on les a vues trouver une nouvelle jeunesse à travers des expressions en harmonie avec les attentes – souvent contradictoires – de nos contemporains : nomadisme des affiliations, religiosité « chaude » des nouveaux mouvements religieux, intégrismes, ethnicisation des identités confessionnelles…

Ces phénomènes, qui existent d'une manière ou d'une autre dans tous les pays, débouchent sur des situations parfois conflictuelles et donc problématiques pour les États. Tel est le cas, par exemple, avec des formes inédites de pluralité religieuse liées aux phénomènes migratoires ou à des conversions parfois massives à des religions d'abord inconnues localement. Comment organiser dans le cadre d'un espace public homogène la coprésence de croyances et de pratiques très différentes qui ne sont pas sans effets sur la vie quotidienne ? Or, en France, les questions liées à la diversité religieuse font l'objet d'appréciations et de décisions politiques très particulières qui tiennent pour beaucoup à notre histoire et à l'importance accordée à l'idéal de la laïcité, dont la loi de séparation des Églises et de l'État de 1905 est souvent considérée comme la charte intangible. En fait, qu'il s'agisse de ce qu'on appelle en France la "question des sectes" ou des lois sur les signes religieux, n'est-on pas en présence d'une difficulté à intégrer à la vie publique la diversité religieuse, après le règne presque exclusif de l'Église catholique sur l'ensemble du champ ? Sommes-nous jamais sortis de ce que certains ont appelé avec humour la catho-laïcité ?

 

 

 

__________________________________________________

Notre Métropole peut-elle conserver sa tradition d'hospitalité ?

Auditorium de la Médiathèque José Cabanis - Jeudi 5 février 2015

avec

Anne GOTMAN, sociologue, directrice de recherche au CNRS, Alexandra SIARRI, Adjointe au maire de Bordeaux, en charge de la cohésion sociale et territoriale et Pascal LAFARGUE, Président d'Emmaüs 33

Sur la base des travaux qu'elle a conduits sur l'hospitalité, Anne GOTMAN, sociologue, directrice de recherche au CNRS - Centre de recherche sur les liens sociaux, interrogera l'actualité de cette notion. L'hospitalité est une valeur morale, ancrée dans la tradition religieuse puis versée au crédit de la tradition humaniste. C'est aussi une pratique dont le cours et l'ampleur ont épousé les méandres de l'histoire, celle des institutions et des mœurs, et des transformations sociales qui au fil des siècles l'ont faite reculer au profit de droits protecteurs des pauvres et des étrangers. Pourquoi invoquer l'hospitalité aujourd'hui et quels enseignements peut-on en tirer ?

 

Alexandra SIARRI, est Adjointe au maire de Bordeaux, en charge de la cohésion sociale et territoriale. Elle est également Conseillère régionale d'Aquitaine, et chargée de mission auprès d'Alain Juppé à la Communauté Urbaine de Bordeaux. Accompagnée de Pascal LAFARGUE, Président d'Emmaüs 33, elle apportera l'éclairage de l'élue, à partir d'actions récentes conduites sur Bordeaux et son agglomération. Sur la base d'exemples concrets visant à faciliter la production d'habitat pour les ménages les plus modestes et pour les Roms, elle attirera notre attention sur les évolutions des pratiques techniques et administratives ainsi que sur les médiations à mettre en place pour que l'hospitalité d'une métropole ne soit pas une simple incantation.

 

La métropole toulousaine a longtemps su attirer et faire place aux talents, aux entreprises et aux technologies d'avenir, tout en restant ouverte aux migrations de l'intérieur et de l'étranger, aux modes de vie atypiques, à une part de pauvreté. Moins touchée que d'autres par les effets de la crise économique, notre métropole voit pourtant se réactiver des signes de crispation : conflits pour le partage de l'espace public avec les sans domicile et les jeunes à la rue, familles sans solution d'hébergement, Roms érigés en nouvelle figure de l'étranger indésirable, regards mitigés portés sur les "communautés" toulousaines et les réseaux de solidarité qui permettent aux nouveaux arrivants de trouver leur place...

Dans ce nouveau contexte, notre métropole peut-elle garder son sens de l'hospitalité ? Cette notion a-t-elle encore un sens pour orienter les politiques d'accueil de tous ceux qu'attirent les lumières de la ville, riches et pauvres ? Quelles pratiques de régulation des tensions, quels nouveaux savoir faire émergent dans les métropoles françaises dont nous pourrions nous inspirer ?

 

___________________________________________

 

« Toulouse : une métropole atypique ? »

Médiathèque José-Cabanis - grand auditorium - Mercredi 15 octobre 2014

avec Magali TALANDIER

 

Économiste de formation, docteur en urbanisme et aménagement du territoire, Magali Talandier est maître de conférences à l'Université Joseph-Fourier de Grenoble. Elle a notamment travaillé sur la question du développement résidentiel, "présentiel" et touristique, sur la durabilité des modèles de développement local ou encore sur l'impact des politiques intercommunales. À l'invitation du Conseil de développement, elle réinterroge les dynamiques socio-économiques à l'œuvre dans les grandes métropoles françaises en les resituant dans un contexte européen.

 

Les métropoles sont souvent décrites comme les moteurs de l'attractivité économique et démographique du territoire. Mais quel est le rapport d'une métropole à son arrière-pays et à la région dans laquelle elle s'inscrit ? Comment s'organise la hiérarchie des métropoles en France et en Europe ? Dans ce paysage, quel est le "profil" de la métropole toulousaine ?

 

________________________________________________________

Pour de nouveaux indicateurs de développement et de bien-être

Grand Auditorium Médiathèque José Cabanis - mardi 3 juin 2014

par Sébastien KEIFF et Julie CHABAUD

 

Julie Chabaud est psychosociologue de formation, spécialisée dans l'analyse des représentations sociales. Sébastien Keiff est membre du réseau FAIR (Forum pour d'autres indicateurs de richesse) et contribue à l'élaboration de systèmes d'observations territoriaux. Tous deux animent l'Agend@21 en Gironde et participent à la mise en place d'indicateurs de développement durable.

 


CONFÉRENCE-DÉBAT DU CODEV par BibToulouse

 

Indicateurs de bien-être, de bonheur, indicateurs de richesse, de développement… L'offre de nouveaux indicateurs pour un meilleur pilotage des politiques publiques se multiplie sans toutefois s'imposer face à la toute puissance des indicateurs purement économiques comme le PIB.

Comment construire ensemble ces systèmes, au plus proches des sensibilités réelles des territoires et de leurs acteurs ? Animation, concertation, actions locales, nouvelles pratiques : à l'invitation du Codev Toulouse Métropole, ils présenteront les nombreuses expériences déjà mises en place en France.

 

__________________________________________

"Faire métropole ?" Les systèmes métropolitains français : état des lieux et prospective

Grand Auditorium Médiathèque José Cabanis - mardi 11 mars 2014

par Gilles PINSON

 

Enseignant à Sciences Po Bordeaux et Paris, Gilles Pinson codirige la revue en ligne Métropoles (http://metropoles.revues.org/). Ses travaux portent sur les politiques urbaines, la gouvernance métropolitaine et les rapports entre États et villes. Sur ces questions, il a notamment publié Gouverner la ville par projet. Urbanisme et gouvernance des villes européennes aux Presses de Sciences Po en 2009. Il a également animé le travail sur les "Systèmes métropolitains" mis en place par la DATAR dans le cadre de la prospective Territoires 2040.

 


« Faire métropole ? » par BibToulouse

 

 

Qu'est-ce qu'une métropole ? Comment les métropoles françaises vont-elles s'inscrire à long terme dans le territoire ? Quels enjeux pour les citoyens ? Il présentera des scénarios d'évolution qui permettront de mieux comprendre les mécanismes à l'œuvre aujourd'hui dans la métropole toulousaine.