Conférence Laïcité

mardi 02 juin 2015

Diversité religieuse et idéal républicain. Comment la France peut-elle rester laïque ?


L’actualité tragique du début de l’année 2015 en France, en Afrique ou au Moyen Orient en témoigne : les prophéties sociologiques du XIXe siècle ne se sont pas accomplies. Au lieu de la mort annoncée des religions dans la modernité, on les a vues trouver une nouvelle jeunesse à travers des expressions en harmonie avec les attentes – souvent contradictoires – de nos contemporains : nomadisme des affiliations, religiosité « chaude » des nouveaux mouvements religieux, intégrismes, ethnicisation des identités confessionnelles…
Ces phénomènes, qui existent d’une manière ou d’une autre dans  tous les pays, débouchent sur des situations  parfois conflictuelles et donc problématiques pour les Etats. Tel est le cas, par exemple, avec des formes inédites de pluralité religieuse liées aux phénomènes migratoires ou à des conversions parfois massives à des religions d’abord inconnues localement.  Comment organiser dans le cadre d’un espace public homogène la coprésence de croyances et de pratiques très différentes qui ne sont pas sans effets sur la vie quotidienne ? Or, en France, les questions liées à la diversité religieuse font l’objet d’appréciations et de décisions politiques très particulières qui tiennent pour beaucoup à notre histoire et à l’importance accordée à l’idéal de la laïcité, dont la loi de séparation des Eglises et de l’Etat de 1905 est souvent considérée comme la charte intangible. En fait, qu’il s’agisse de ce qu’on appelle en France la « question des sectes » ou des lois sur les signes religieux, n’est-on pas en présence d’une difficulté à intégrer à la vie publique la diversité religieuse, après le règne presque exclusif de l’Eglise catholique sur l’ensemble du champ ? Sommes-nous jamais sortis de ce que certains ont appelé avec humour  lacatho-laïcité ?
 
L'intervenant : Jean-Pierre Albert  directeur d’études à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, site de Toulouse (LISST, UTM, EHESS, CNRS).
Après une formation en philosophie, il s’est consacré à l’anthropologie historique et est devenu spécialiste du catholicisme. Il a publié Odeurs de sainteté. La mythologie chrétienne des aromates, Paris, Editions de l'EHESS, 1990 (réed. 1996 et 2004) et Le sang et le Ciel. Les saintes mystiques dans le monde chrétien, Paris, Aubier, 1997. Il s’intéresse actuellement à des questions générales de sciences sociales du religieux et s’attache à développe des approches interdisciplinaires sur ces questions.